Gagnez une Rolex sur Watchmaster.com

Manuelle ou automatique ?


Une fois que vous commencez à vous intéresser aux montres, vous êtes presque submergé par le nombre de modèles, de formes et de marques. Sans parler des différents termes techniques et désignations qui sont également nombreux. Chronographes, chronomètres, tourbillons et complications. La première décision à prendre en considération est le type de mouvement. Pour les montres comme pour les voitures, une question de croyance se manifeste : manuelle ou automatique ? Mais quelle est la différence entre une montre automatique et une montre à remontage manuel ?


La montre automatique : Une idée dépassée ?


L’histoire du système de remontage automatique de la montre est, en plus de l’histoire de l’évolution des montres, aussi celle de la prédominance de la montre bracelet sur la montre de poche. Le principe de la montre automatique remonte aux mouvements développés par Abraham-Louis Perrelet, Abraham-Louis Breguet et Hubert Sarton à la fin du XVIIIe siècle. A cette époque,le rotor était déjà en service, fournissant un système d’enroulement bidirectionnel. De plus, les montres de poche à remontage manuel étaient pendant longtemps moins chères et, par conséquent, plus populaires. 

 

Une Rolex Day-Date 118238 en or jaune avec cadran et index en or à bout portant


L’heure des montres automatiques


Pendant la Première Guerre mondiale, les montres-bracelets ont remplacé les montres de poche en raison de leurs progrès techniques, tels que les cadrans luminescents et également une manipulation plus pratique et facile. Néanmoins, ces premières montres-bracelets présentaient encore toutes sortes de défauts de jeunesse. Le mécanisme de remontage a toujours été le point faible de la montre, où l’eau et la poussière pouvaient facilement pénétrer dans le mouvement. John Harwood a résolu ce problème en intégrant un roulement à billes dans le mouvement, qui se déplace d’avant en arrière dans la structure. En 1926, le premier modèle portant le nom de „Rolls“ est suivi de la première montre-bracelet automatique produite en série. Fortis et Blancpain ont été les premières sociétés à vendre ces nouveaux modèles. Au début des années trente, Rolex a fait de même et a breveté le principe d’un rotor à remontage automatique. La quasi traversée de la Manche avec une Rolex Oyster Perpetual a par la suite suffit pour consolider le nom de Rolex et la supériorité et la robustesse des montres automatiques.


Comment fonctionne une montre à mouvement automatique ?


Mouvement automatique d'une montre Officine Panerai


De nos jours, les montres-bracelets automatiques fonctionnent selon un principe de base simple. Sur le mouvement de chaque montre automatique se trouve le rotor, qui est une masse oscillante semi-circulaire pouvant se déplacer librement. Par les mouvements du bras, l’horloge est constamment amenée dans une nouvelle position. En raison de la gravité, le rotor retombe toujours en position la plus basse. Ce mouvement génère un couple qui est transmis au mouvement par le mécanisme de remontage. Le mouvement, équivalent à l’énergie cinétique, est converti en énergie mécanique par le rotor. A l’intérieur du mouvement, le rotor est relié au ressort de traction qui sert de réserve d’énergie pour le mouvement. Le ressort de traction transmet l’énergie emmagasinée au mouvement par l’intermédiaire du balancier et entraîne ce dernier. A chaque mouvement, le rotor serre le ressort de traction et convertit l’énergie mécanique en énergie potentielle. Par la suite, l’énergie du mouvement est stockée dans le ressort de traction. Contrairement à un mouvement à remontage manuel, le ressort de traction est continuellement remonté à chaque mouvement de la montre. Un embrayage à friction est installé dans le mouvement pour éviter que le ressort de traction soit trop serré. Un embrayage à friction sépare la montre de la tige lorsqu’une certaine torque est atteinte. En d’autres termes, une montre automatique ne peut pas être „trop“ remontée. Néanmoins, il est important de porter et remonter votre montre régulièrement. Après 30 à 60 heures, la réserve de marche d’une montre automatique est généralement atteinte et nécessite d’être remontée à nouveau.


Il y a des gens qui ne veulent pas remonter leur montre du tout. Ils mettent leur montre automatique dans un remontoir pendant la nuit où la montre est constamment déplacée et donc remontée en continu. L’avantage des montres automatiques est qu’elles présentent moins de signes d’usure que les montres manuelles, en particulier sur le sceau de la couronne. Grâce aux nouveaux matériaux utilisés pour les ressorts de traction, il a également été possible d’augmenter la réserve de marche jusqu’à 70 heures et plus. Vous pouvez donc enlever votre montre pendant le week-end sans avoir à la remonter la semaine d’après. C’est un avantage qu’il ne faut pas sous-estimer, surtout pour les modèles complexes avec fonction date. De plus, la précision n’est pas sujette à des fluctuations en raison de la tension constante.