Gagnez une Rolex sur Watchmaster.com

Les premières montres de plongée d'IWC Schaffhausen


Historiquement, IWC a produit sa première montre de plongée pour la marine britannique dès 1945. Le nom de code du contrat était „W.W.W.“ : watch (montre), wrist (poignet), waterproof (étanche). Du point de vue actuel, la montre était plus „imperméable“ que étanche, avec une profondeur de plongée estimée à 10 mètres. Néanmoins, IWC avait alors fait preuve d’un esprit d’innovation et s’est démarquée en expérimentant avec un fond pressurisé équipé d’un joint en plomb.


L’Aquatimer et la Décennie de la Plongée


Quand on parle de montres de plongée et d’IWC, la montre qui nous vient à l’esprit est bien évidemment l’Aquatimer, qui fut lancée une bonne vingtaine d’années après la première montre de plongée, en 1967. La même année, Rolex présente la première Sea-Dweller, qui fait de 1967 une année inoubliable dans l’histoire des montres de plongée. De manière générale, le public a commencé à s’enthousiasmer pour les profondeurs des océans dans les années 1960. Des cinéastes comme Jacques Cousteau et Hans Hass ont réussi à documenter le monde sous-marin et à le projeter sur les écrans du monde entier. Par conséquent, cet enthousiasme a naturellement exigé de nouvelles technologies et IWC a commencé à développer l’une de ses montres de plongée les plus légendaires: la 812 AD et la 816 AD.


812 AD et 816 AD

La première référence de la série Aquatimer fut la „812 AD“, qui fut rebaptisée „1812“ en 1971 lorsque IWC fit du système de référence à quatre chiffres son standard. Elle présentait une résistance à l’eau jusqu’à une profondeur de 200 m. La 812 AD avait une lunette intérieure rotative et deux couronnes avec le légendaire poisson gravé, avec une des couronnes de contrôle de la lunette. En 1969, un deuxième modèle a été introduit avec la Réf. 816 AD (à partir de 1974 également connu sous le nom de „1816“). Ce modèle a bénéficié d’une mise à jour optique relativement fluide et a pu atteindre une profondeur de 300 m grâce à son boîtier en forme de coussin. Contrairement à la première Submariner, l’Aquatimer avait aussi une fonction de date.


Gros plan d'une montre automatique IWC Aquatimer IW341001
IWC AQUATIMER IW341001


La star secrète d’Aquatimer : Le bracelet de Gay Frères


Les modèles „812 AD“ et „816 AD“ sont tous deux dotés d’un cadran noir mat élégant avec des lettres dorées, d’une structure claire et donc facile à lire même dans de mauvaises conditions d’eau. Le tritium, qui était encore courant à l’époque, était utilisé comme matériau lumineux. A 37 mm, les 812 AD et 816 AD sont plutôt étroits, ce qui fait aussi le charme de ces modèles vintage. Le fond n’est plus un fond sous pression, mais bien vissé avec la gravure sous-marine habituelle utilisée pour ces modèles. A l’intérieur du modèle 812 AD bat le calibre automatique 8541 produit par IWC avec 23 rubis, une réserve de marche de 44 h et 19800 A/h. La montre 812 AD est équipée du calibre automatique 8541 de l’IWC. Le mouvement est particulièrement connu pour son mécanisme de remontage breveté Pellaton. Le 816 AD possède le calibre 8541B, qui contient 25 rubis. Les autres spécifications restent les mêmes.


Un autre élément essentiel des premiers modèles Aquatimer est le bracelet. Il existe en plusieurs variantes, dont un bracelet en cuir „Tropic Strap“. Le bracelet „Beads of Rice“ de Gay Frères est encore aujourd’hui un véritable coup d’œil. Fondé en 1830 et géré par la famille depuis lors, Gay Frères a fabriqué plusieurs des modèles de bracelets les plus légendaires. Le bracelet Rolex Oyster, par exemple, a été conçu par Gay Frères. Le bracelet échelle emblématique de Zenith ? Une autre création de la maison GF. L’un des best-sellers de Gay Frères, que l’on trouve également sur certains modèles Aquatimer, est le bracelet dit „Beads of Rice“. Avec ses maillons étroits et hypnotiquement entrelacés et ses attaches fixes, le design est toujours reconnaissable aujourd’hui pour ceux qui aiment les montres vintage.