Gagnez une Rolex sur Watchmaster.com

Remonter une montre semble être un processus simple. Mais ceux qui ont délibérément choisi une montre à remontage manuel savent ce que ce processus apparemment simple induit. Il actionne une série de processus mécaniques, dont chacun constitue un véritable exploit d’artisanat. L’ensemble des processus forme le chef-d’œuvre qu’est une montre mécanique.



Fonctionnement des montres à remontage manuel


Alors que les clés de remontage étaient utilisées dans le passé pour remonter les montres, cette opération se réalise maintenant généralement en tournant la couronne de remontage (pour les montres de poche et les montres-bracelets). Ce type de remontage a été inventé par Patek Philippe et date de 1845. 

Pour alimenter le mouvement, il est nécessaire de produire de l’énergie. Dans les montres à remontage manuel, cette énergie est fournie par la rotation de la couronne et stockée dans le ressort moteur. L’énergie mécanique est transmise au ressort principal par les roues de remontage et la roue à rochet. La roue à rochet empêche les engrenages de reculer. Le ressort moteur sert de dispositif de stockage d’énergie pour les montres mécaniques. Le ressort moteur remonté se détend maintenant lentement et libère son énergie dans le mouvement. On peut imaginer les ressorts moteur comme des fils à la fois élastiques et extrêmement durs. Aujourd’hui, ils sont fabriqués en acier au chrome-nickel ou Nivaflex, qui est un mélange de cobalt, de nickel et de chrome et permet une décharge de force beaucoup plus régulière que les ressorts moteur en acier pur. 


Mouvement de remontage manuel 


Mais pour que le ressort moteur ne libère pas l’énergie d’un seul coup, ou plutôt de manière incontrôlée, la montre doit être équipée d’un échappement. Ce dernier se compose en principe de trois éléments importants : roue d’échappement, ancre et balancier. L’échappement donne le rythme d’une montre en empêchant une force incontrôlée de trop tendre le ressort moteur et en permettant au rouage de fonctionner pas à pas. Le mouvement entraîne la roue d’échappement, qui est un engrenage avec des dents sur l’extérieur de la roue. Ces dents sont contenues dans l’ancre, qui saisit la roue d’échappement comme une tenaille et la freine pour qu’elle avance d’une seule dent. L’ancre est de son côté reliée au balancier et transmet l’impulsion de la roue d’échappement au balancier. Le mouvement de l’ancre peut être comparé à celui d’une bascule. Il bloque la roue d’échappement pendant un moment avant que le balancier ne soit tiré vers l’arrière par un spiral. La roue d’échappement se déplace à nouveau un peu avant d’être à nouveau arrêtée par l’ancre. Selon le mouvement, le balancier oscille à environ 28 800 vibrations par minute. Le choc des dents de la roue d’échappement contre les chevilles de l’ancre produit le tic-tac classique de la montre. L’oscillation très rapide du balancier transforme les petits mouvements graduels de l’aiguille des secondes en un fonctionnement caractéristique des montres mécaniques. 

La plupart des modèles à remontage manuel ont une réserve de marche de 40 heures en moyenne. Lorsque cette période touche à sa fin, la précision de la montre peut diminuer. Il est donc conseillé de remonter les montres à remontage manuel une fois par jour, de préférence à la même heure. 



Le remontage manuel – dépassé ou intemporel ?


L’industrie horlogère se caractérise par le fait qu’elle ne recule pas devant le progrès technique. Depuis que l’homme a commencé à mesurer le temps, il a voulu le faire avec toujours plus de précision et de sophistication. Les montres à remontage manuel semblent naturellement appartenir à un autre temps. Cependant, elles ont aussi leurs avantages. Tout d’abord, il y a le fait que les montres peuvent être maintenues plus plates grâce à l’absence de rotor, qui convertit l’énergie cinétique dans une montre automatique. La conséquence est qu’elles sont souvent préférées aux prétendues montres habillées pour les occasions les plus élégantes. De plus, pour de nombreux amateurs de montres, le remontage de la montre a aussi quelque chose de romantique et devient un rituel que l’on accomplit avant de mettre la montre – un moment de réflexion. D’une part, on insuffle une nouvelle vie à la montre, et d’autre part, on prend conscience de la fonction qu’elle remplit réellement : nous montrer que le temps avance constamment. 


Montre Rolex Oyster Perpetual 114300 avec mouvement automatique à côté de la montre Omega Speedmaster Moonwatch à remontage manuel
ROLEX OYSTER PERPETUAL 114300 | OMEGA SPEEDMASTER MOONWATCH 3570.50.00


Nous avons résumé sous forme de tableau les avantages et les inconvénients des montres à remontage manuel par rapport aux montres automatiques.


  Remontage manuel Remontage automatique
Avantages
  • des montres riches en traditions
  • remontage régulier qui s’apparente à un rituel
  • autorise des designs plus fins
  • vue non limitée du mouvement sur les montres à fond en verre
  • précision accrue
  • remontage manuel non nécessaire
  • pratiquement aucun signe d’usure
  • plus grande durabilité, car le ressort ne peut pas souffrir de surtension
Inconvénients
  • la précision de la montre peut décliner
  • remontage régulier nécessaire
  • plus grande pression sur le joint de la couronne
  • des montres à l’histoire récente
  • une grande partie du mouvement est cachée par le rotor
  • port régulier ou remontoir de montre nécessaire



De classiques à extravagantes : les montres à remontage manuel


Bien que les montres à remontage manuel soient supposées être plus rares que les montres à remontage automatique, il existe de nombreux modèles spécifiques et bien connus qui possèdent un tel mécanisme. Les trois modèles ci-dessous ne pourraient guère être plus différents, et ils ont pourtant une chose en commun : le remontage manuel.


La Calatrava : Une montre à remontage manuel d’une élégance intemporelle

La Patek Philippe Calatrava est considérée comme l’une des montres-bracelets les plus esthétiques qui soient. L’histoire à succès de cette collection remonte aux années 1930. À l’époque, les horlogers voulaient créer une montre qui aurait une apparence unique et intemporelle en se concentrant sur l’essentiel et en se passant de tout ce qui est superflu. Sa forme ronde parfaite est complétée par un cadran sobre et un discret bracelet en cuir. Grâce au mécanisme de remontage manuel, la montre est suffisamment plate pour être portée avec tout, non seulement lors de grandes occasions, mais également dans la vie de tous les jours.


La montre Patek Philippe Calatrava 3796 D est remontée en tournant la couronne
PATEK PHILIPPE CALATRAVA 3796 D


La Moonwatch marque des points en raison de la qualité du travail manuel

La collection Speedmaster d’Omega est connue bien au-delà des cercles d’amateurs de montres en raison de son histoire : elle a été la première montre portée sur la lune. Bien que l’atterrissage sur la lune ait été un exploit d’ingénierie, la NASA s’est appuyée sur des modèles de montres à remontage manuel comme la Speedmaster Moonwatch. Les nouveaux modèles de la Speedmaster Chronograph n’ont pour autant aucune raison de dissimuler leurs références vintage. Aujourd’hui équipée du calibre 1863, descendant du mouvement qui était sur la lune, et d’un fond de boîtier en verre, la Speedmaster a sa place dans le monde d’aujourd’hui.


L’extravagance avec remontage manuel de Mouawad

La famille Mouawad réunit dans ses garde-temps exclusifs des chefs-d’œuvre techniques avec les matériaux les plus précieux. Les modèles se distinguent notamment par leurs riches ornementations en pierres précieuses. La Grande Ellipse Chrono Monopoussior Tourbillon à remontage manuel est une petite œuvre d’art en soi en raison de ses complications et est moins destinée à être portée au quotidien. Le nom Monopoussoir évoque une autre particularité du modèle. Contrairement aux chronographes normaux, la fonction de démarrage/arrêt de la montre est contrôlée par un seul (mono)poussoir.