Gagnez une Rolex sur Watchmaster.com

« Montre-moi ta montre et je te dirai qui tu es » – un vieux dicton réinterprété. Parce que vous pouvez en savoir beaucoup non seulement sur vos amis, mais aussi sur la montre au poignet de votre homologue. Un fait qui peut être à la fois une malédiction et une bénédiction pour les hommes et femmes politiques



Quel rôle jouent les montres-bracelets en politique ?


Entre style et folie des grandeurs

Quelqu’un a malheureusement encore dû nous jeter de la poudre aux yeux. En 2018, la politicienne du Parti social-démocrate allemand SDP Sawsan Chebli a fait la douloureuse expérience d’apprendre que les préférences personnelles peuvent devenir une plaie pour sa carrière. Parce que rien ne reste caché aux yeux d’aigle de la population – et surtout pas la Rolex Lady-Datejust à son poignet. Un véritable scandale

Comment une politicienne d’un parti populaire et ouvrier ose-t-elle dépenser son argent pour acheter des montres de luxe ? Une vague d’antipathie s’est abattue sur Chebli, ce qui a non seulement fortement nuit à son image, mais l’a également conduit à devoir désactiver son compte Facebook afin d’échapper à l’hostilité apparemment sans fin. Il est intéressant de noter que l’attention et la colère du public étaient principalement dirigées vers la Rolex en acier inoxydable, qui coûte environ 7 500 €, et ne concernait quasiment pas la Cartier Ballon Bleu en or, qui coûte la bagatelle de 23 000 € et avec laquelle on peut voir Chebli beaucoup plus souvent en photo.


Montre Cartier Ballon Bleu W6920095 3765 en acier inoxydable et or rose avec fond noir
CARTIER BALLON BLEU W6920095 3765


Ainsi, les montres d’une certaine marque peuvent inconsciemment décider du sort de toute une carrière. Qu’il s’agisse de modestie, d’un grand sens du style ou de folie des grandeurs, les porteurs de montres révèlent avec leur montre toujours quelque chose d’eux-mêmes et de leur personnalité. Une raison suffisante pour regarder de plus près les montres au poignet des hommes et femmes politiques de par le monde. 


Les montres des hommes et femmes politiques allemands

Le cliché répandu de la ponctualité inhérente aux Allemands persiste. Élément nécessaire à cette précision : des montres précises. Quels sont donc les garde-temps portés par les hauts responsables allemands ?

Tout comme Sawsan Chebli, le leader du parti politique libéral allemand FDP Christian Lindner a également un faible pour les montres de précision suisses. De temps en temps, une Rolex apparaît également sous la manchette de la chemise de l’ancien entrepreneur. Sa montre est une Rolex Milgauss de la collection Professional. Entièrement en acier inoxydable avec un cadran noir et conçue pour résister à des champs magnétiques extrêmement puissants, cette montre est probablement peu adaptée au parlement allemand, pourrait-on penser. Contrairement à la Rolex de Chebli, la Milgauss de Lindner n’a cependant pas suscité de vague de consternation au sein de la population. 


Rolex Milgauss 116400GV argent avec cadran noir
ROLEX MILGAUSS 116400GV


La chancelière allemande Angela Merkel, surnommée la « Mère de la nation », donne un exemple à nul autre pareil. Sa montre est une montre pour femme Boccia Titanium à seulement 89 € – un summum de modestie. Cette montre est simple, tout en étant à certains égards à la mode ; mais elle est avant tout pratique. 

Le président fédéral allemand se laisse un peu plus porter par ses émotions quand il s’agit de choisir sa montre. Le poignet de Frank-Walter Steinmeier est orné d’une Nomos Glashütte Tangente très simple et élégante. Son épouse lui a offert la montre pour son 50e anniversaire il y a onze ans et elle coûtait 900 € à l’époque. Depuis lors, le chef de l’État n’a plus été aperçu avec une autre montre. 


Montres présidentielles et collections propres

Si vous êtes élu président des États-Unis, vous recevez, en plus du lourd fardeau de la responsabilité, toute une série de privilèges agréables : par exemple, une belle maison familiale au cœur de Washington avec un grand jardin, votre propre bureau avec des fenêtres du sol au plafond et une montre-bracelet

Depuis le 33e président des États-Unis, Harry S. Truman, la manufacture horlogère suisse Vulcain offre aux présidents des États-Unis une montre-bracelet pour leur investiture. La question de savoir si elles sont également portées est une autre affaire, mais George W. Bush, Barack Obama et Donald Trump n’ont jusqu’à présent que très rarement été vus avec leur montre Vulcain. 

L’ex-président Barack Obama a très souvent porté deux montres : la première était une TAG Heuer 1500 et la seconde était un cadeau de son équipe pour son anniversaire, le modèle JG6500 de la marque américaine Jorg Gray avec un prix d’achat de 395 dollars. Ce n’est que depuis la fin de son mandat qu’Obama ose un peu plus avec ses montres. On peut maintenant le voir porter de temps en temps une Rolex Cellini ou une montre de fitness au poignet. Sa modestie est également très appréciée par la population.

Donald Trump, en revanche, a divisé comme pratiquement aucun président américain avant lui. Son comportement était confiant et provocateur. C’est un entrepreneur dans l’âme et le restera probablement toujours. Cela se reflète également dans son choix de montres-bracelets. En plus d’une montre en or très plate de construction ancienne, peut-être une Patek Philippe Ellipse, l’ex-président des États-Unis porte également une Rolex Day-Date en or jaune. Mais Donald Trump va encore plus loin avec sa propre collection de montres-bracelets : des garde-temps massifs, ostentatoires et sans originalité, qui adaptent sans vergogne les designs des icônes de l’horlogerie suisse. D’ailleurs, les montres de la marque Trump ressemblent à des imitations de montres de luxe exclusives. Même le design de la boîte, avec le blason et la signature en relief, ne brille pas par son élégance. 

En privé du moins, l’ancien grand entrepreneur fait preuve de bon goût avec sa Rolex Oyster Perpetual Day-Date. Cette montre est tenue en très haute estime par les présidents de ce monde. Depuis Dwight D. Eisenhower, le 34e président des États-Unis, elle est considérée comme la montre présidentielle, un symbole de pouvoir et de prestige. Pour cette raison et en raison de sa popularité auprès des puissants de ce monde, Rolex a fini par rebaptiser le bracelet distinctif Day-Date. L’un des bracelets Rolex les plus populaires est né : le bracelet Rolex Président.

Le successeur de Trump, Joe Biden, qui a été élu 46e président des États-Unis d’Amérique le 7 novembre 2020, a toujours été connu pour sa Omega Speedmaster Moonwatch (réf. 311.30.42.30.01.006) et sa Seamaster Diver 300M noire (similaire aux références 212.30.41.20.03.003 et 212.30.41.20.01.003). Cependant, au cours de la dernière campagne électorale, il a souvent porté une montre Seiko relativement bon marché. Le modèle en question semble être une Seiko (Réf. 7T32-6M90). Une montre qui est disponible pour moins de 100 dollars, mais qui semble beaucoup plus onéreuse en raison de ses pièces de boîtier de couleur or. S’agit-il d’une simple coïncidence ou d’un accessoire brillamment choisi pour exprimer sa proximité avec la bourgeoisie également par le choix de sa montre-bracelet ? Joe Biden a déjà attiré l’attention par sa préférence pour les montres-bracelets sportives lorsqu’il était vice-président sous Barack Obama, c'est pourquoi son choix de montre lors de l'inauguration a été quelque peu surprenant : Biden portait pour l'occasion une Rolex Datejust 41 (réf. 126300) sportive en acier inoxydable avec une lunette lisse et un cadran bleu sur le bracelet Jubilé.

La nouvelle vice-présidente Kamala Harris, quant à elle, porte un élégant modèle de la maison Cartier. Comme pour la politicienne Chebli mentionnée plus haut, sa montre est une Ballon Bleu, dans ce cas en acier inoxydable et en or jaune. Cette montre pourrait très bien être le modèle de référence W6920047 3284, seulement celui-ci ne peut être clairement identifié à partir des photos. Ce qui est intéressant ici, ce n’est pas seulement le fait qu’il s’agit de toute évidence d’une montre de luxe, mais aussi le fait que la Ballon Bleu était à l’origine une collection pour homme. Kamala Harris, en tant que première femme à occuper le poste de vice-présidente, n’aurait probablement pas pu faire un meilleur choix.


L’expression du pouvoir : la collection de montres de Poutine

Il est l’une des personnes les plus puissantes et les plus riches du monde, et pour certains, l’une des plus dangereuses. Vladimir Vladimirovitch Poutine, le chef de l’État russe, est l’antithèse de Donald Trump et des États-Unis d’Amérique – mais en aucun cas en raison de son style de vie. 

Ce qui frappe dans le penchant de Poutine pour les garde-temps, c’est sans aucun doute l’exclusivité. De l’avis général, le Russe est avant tout soucieux de ne pas acquérir des modèles portés par d’autres personnes. Sa collection de montres, par exemple, est estimée à plus de 500 000 € au total – ce qui n’est pas trop mal pour un salaire annuel officiel équivalent à environ 130 000 €. Honi soit qui mal y pense. La collection de montres de Poutine comprend une Blancpain Aqua Lung Grande Date, une Patek Philippe (réf. 5039) et une A. Lange und Söhne Tourbograph. Cette dernière peut à elle seule peut demander un prix d’achat de près de 160 000 €, selon le modèle.


Comme Dieu en France : les montres des présidents français

Comme les Italiens, les Français sont connus dans le monde entier pour leur art de vivre. Il n’est donc pas surprenant que cette attitude se reflète également sur les poignets des chefs d’État français

Emmanuel Macron, l’actuel président français, a donc choisi une Longines Dolce Vita. Dolce Vita se traduit de manière littérale par « douce vie », ce qui n’a probablement pas besoin d’explication supplémentaire. Cette montre de la manufacture traditionnelle suisse coûte 1 500 € et impressionne par son élégance intemporelle. 

Un de ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy, a lui aussi su profiter pleinement de la vie et de ses plaisirs. En plus de la Rolex Cosmograph Daytona, son poignet était régulièrement orné d’une Patek Philippe (réf. 3940G), un autre témoignage d’un savoir-faire unique. Cependant, tant la Rolex, dont le prix neuf est de 11 300 €, que la Patek Philippe, qui coûte plus de 30 000 €, n’ont pas toujours été accueillies avec enthousiasme. Au contraire, Nicolas Sarkozy a dû essuyer de très lourdes critiques de la part de ses électeurs en raison de son penchant pour les montres de luxe


Rolex, Swatch et séries limitées : les montres des papes

Quand on pense au pape, on voit avant tout le chef de l’Église catholique avec l’humble titre de « représentant du Christ sur terre ». On oublie souvent que le pape, en plus de son rôle de chef de l’Église, est aussi le chef d’État du Vatican. Ce n’est un secret pour personne que les entreprises les plus diverses du monde offrent des cadeaux aux papes en signe de solidarité religieuse. À ce titre, il convient de rappeler les chaussures rouges de Prada, qui ont littéralement fait les gros titres sous le pape Benoît XVI. 

Il n’est donc pas surprenant que le pape Jean-Paul II ait porté une Rolex Day-Date en or massif et une Rolex Datejust en or et acier inoxydable. On ignore comment le Saint-Père est entré en possession de ces montres, mais on peut supposer qu’il s’agissait de cadeaux de visiteurs de haut rang. 

L’actuel pape François, en revanche, gère cela de manière très différente. Il lit l’heure à partir d’une montre Swatch Once Again, peu coûteuse, mais fonctionnelle. Cadran blanc, boîtier noir et bracelet noir – ces attributs distinguent la montre actuelle du pape pour un prix d’achat d’environ 50 €. 

Mais son prédécesseur, le pape Benoît XVI, a également un lien intéressant avec les montres. Une collection de montres limitée à 1 000 pièces a été commercialisée en son honneur. La particularité est que le cuir du bracelet est fait du même matériau que ses célèbres chaussures Prada rouges. Il a reçu solennellement le premier exemplaire de cette « montre papale », qui ne coûte que 89 €. Toutefois, en raison de la valeur symbolique et du faible nombre de pièces, ce prix est susceptible d’évoluer. 


Les présidents israéliens et leurs montres

L’ex-président israélien Benjamin Netanyahu a opté pour une élégante Panerai Luminor Marina avec un cadran noir et un bracelet en cuir noir, qui se marie parfaitement avec son costume. Un excellent choix, sachant que cette montre coûte environ 5 000 € et que le revenu moyen en Israël est d’environ 2 700 €. 


Montre Panerai Luminor Marina PAM00299 en acier inoxydable à cadran noir
PANERAI LUMINOR MARINA PAM00299


L’actuel président d’Israël, Reuven Rivlin, est son contraire, étant donné qu’il n’est que très rarement vu avec une montre au poignet. Ce n’est que lors d’une visite à Berlin et d’une photo prise à cette occasion qu’on a pu l’apercevoir avec une montre à son poignet. Mais même ici, seul le bracelet permet de tirer des conclusions sur une marque et un modèle, sans parler du prix.


L’« homme-fusée » et sa montre pour femme

Kim Jong Un est le « dirigeant suprême » de la République populaire démocratique de Corée depuis son investiture en 2011. L’autoproclamé « homme le plus sexy vivant » et successeur de son père, surnommé l’« homme-fusée » par l’ex-président américain Donald Trump, ne renonce en aucun cas au luxe et aux commodités occidentales dans sa vie privée, alors que cela est refusé à son peuple. 

Son style de gouvernance est la principale raison du maintien de l’embargo commercial, qui l’empêche de se procurer des montres suisses par les canaux officiels. Le « dirigeant suprême » a néanmoins été photographié avec une IWC Portofino Automatic au poignet. D’une valeur de 12 000 €, cette montre équivaut à environ douze fois le revenu annuel médian en Corée du Nord. 


Montre IWC Portofino IW356502 Montre en acier inoxydable avec cadran noir
IWC PORTOFINO AUTOMATIC IW356502


En outre, le chef de l’État nord-coréen fait souvent l’objet de plaisanteries en raison du fait qu’il serait en possession d’une montre pour femme, mais la vérité est toute autre. La montre en question est une Movado Museum, de fabrication américaine, disponible pour un peu moins de 600 €. Bien que cela semble relativement bon marché, la valeur équivalente représente environ la moitié du revenu annuel médian en Corée du Nord. 


Les couronnes de Cuba

Fidel Castro, révolutionnaire, dictateur et, jusqu’à sa mort en 2016, chef d’État de Cuba, s’est fait remarquer en portant des accessoires particulièrement frappants : deux montres Rolex au même poignet. Les montres de Castro étaient une Rolex Submariner et une Rolex Day-Date. La raison pour laquelle le dictateur cubain portait deux montres n’est pas tout à fait claire. Certains prétendent que la Submariner affichait l’heure de Moscou et la Day-Date l’heure de Cuba. D’autres estiment qu’il est tout simplement trop risqué de ne porter qu’une seule montre, car il faut pouvoir compter sur l’heure exacte en cas de frappe militaire planifiée, et une montre défectueuse pourrait avoir des conséquences dévastatrices. Les photos de Fidel Castro avec les deux montres à son poignet ont fait le tour du monde et en disent long sur le décalage entre la prétention et la réalité de la gouvernance de Castro.

Mais Fidel Castro n’était pas le seul à profiter des avantages des montres suisses de luxe. Des cigares, un regard stoïque au loin, un béret sur ses longs cheveux bouclés, des vêtements militaires et : une Rolex. C’est probablement l’un des motifs de t-shirt les plus célèbres au monde – mais sans la Rolex. Ernesto « Che » Guevara s’appuyait entièrement sur le mouvement précis de sa Submariner pendant la révolution cubaine qu’il dirigeait. Une image qui, comme les photographies de Castro, soulève de nombreuses questions : comment le communisme et les symboles de statut occidentaux s’accordent-ils ? La réponse a donc été une critique féroce. 


Le Canada fait preuve de style et de classe

Les produits de luxe sont toujours à double tranchant : ils peuvent ou non être bien accueillis. Un exemple hautement intéressant est celui de Justin Trudeau. Le Premier ministre canadien est régulièrement désigné comme l’homme politique le mieux habillé du monde par les tabloïds et toute la presse à scandale, et jouit d’une grande popularité. Et qu’est-ce qui pourrait nuire à cette popularité ? Oui, une montre de luxe très chère. Une IWC Portugieser, par exemple. Mais c’est exactement le contraire qui s’est produit. Trudeau, qui possède ce modèle IWC et le porte régulièrement, fait rarement l’objet de critique en raison de sa montre ou de son prix de 5 000 à 7 000 €. Deux hypothèses possibles : soit la montre est à peine remarquée par la majorité des Canadiens, soit ils ne voient pas la nécessité de critiquer un homme politique en se basant sur le garde-temps à son poignet. Ceci est particulièrement intéressant, car les citoyens de nombreux autres pays réagissent très négativement aux garde-temps coûteux portés par leurs chefs de gouvernement. 



La portée des montres en politique


Les personnalités publiques comme les hommes et femmes politiques ne jouissent quasiment pas de la vie privée. Ainsi, dans tout ce qu’ils font, disent, portent ou achètent, ils doivent s’assurer qu’ils ne contrarieront personne inconsciemment par leur comportement et ne mettent donc pas d’obstacles sur leur chemin.

En général, la devise semble s’appliquer aux hommes et femmes politiques et à leurs montres : plus le modèle est bon marché, plus la personne véhicule une image de proximité avec la population. Nombreux sont ceux qui n’aiment pas que quelqu’un utilise l’argent de leurs impôts pour acheter des produits de luxe coûteux que la majorité de la population ne peut pas se permettre. 

C’est d’autant plus attrayant si, comme le Premier ministre japonais Shinzo Abe, vous optez pour des montres de votre propre pays. Abe porte une sélection de montres relativement peu coûteuses de la marque japonaise Seiko. Personne dans la population japonaise ne se sentira bafoué avec cette collection de montres très humble. Cela peut être aussi simple que cela.